Les chemins de la victoire

with Pas de commentaire

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

Le Lion et le Rat“, Fables de La Fontaine, Livre II Jean de La Fontaine.

***

Trois semaines après la reprise sportive des entraînements, octobre marque le retour des compétitions d’escrime pour les adolescent.e.s du CEFC. Quel que soit leur résultat ou leur classement final, nos jeunes franco-cubains repartent des épreuves, armés de courage et de leçons dont il sauront à coup sûr tirer profit. 

La saison “M15” (soit les “minimes”, escrimeur.se.s âgé.e.s de moins de 15 ans, né.e.s en 200 4, 2005 ou 2006 pour les surclassé.e.s) a démarré dimanche 14 octobre au Gymnase Élisabeth. Une catégorie difficile pour les jeunes, qui marque déjà des différences de gabarit et de tailles très nettes, et où l’opposition se fait beaucoup plus rude que dans les “petites” catégories. Les escrimeur.se.s n’ont pas le temps d’avoir l’esprit ailleurs et de traîner en route : gagner des matches et survivre constitue le mot d’ordre. L’élimination vient sanctionner les petites imprécisions; les adversaires, plus impitoyables, s’engagent sur chaque touche, comme s’il s’agissait de leur dernière. Au cœur de la bagarre, nos enfants montrent souvent le meilleur d’eux-mêmes : envie d’aller vers l’avant, solidarité, et de la joie malgré la difficulté de la tâche.

La journée est compliquée pour deux de nos jeunes filles, et nos deux plus jeunes escrimeurs garçons. M15 “première année”, Pablo & Alois ont disputé de nombreuses compétitions ensemble. Leur camaraderie, qui suit son cours, bien au delà des pistes, est une force dans un sport individuel. Au fil des entraînements et des compétitions, leur progression est toujours consolidée par le soutien qu’ils témoignent l’un envers l’autre, en toute circonstance. Alois gagne un match en poules, Pablo passe tout près d’une victoire à 4-4, mais ne conclut pas. Je suis au près d’eux pour leur dire ne pas baisser les bras et se relever. Frustrés, touchés, mais jamais coulés : ils y reviendront, en sachant que l’exercice en dit long sur leur courage. Répété lors d’un futur dimanche, sur les pistes de Paris ou d’ailleurs, il leur indiquera la voie à suivre pour aller plus loin.


Sasha & Solveig auraient également de quoi baisser les bras. Privées de succès, nos deux combattantes ont la tête des mauvais jour. Si elles commencent à s’habituer à la compétition, elles n’acceptent pas pour autant l’habitude à la défaite. C’est désormais l’esprit de révolte et une grande persévérance qui doit accompagner leurs performances. Le courage qu’elles nous ont montré hier, la saison dernière, se battant jusqu’au bout, est désormais une habitude dont elle doivent transformer en force. Une confiance qui naîtra aussi grâce aux obstacles et à l’engagement des adversaires.

Leur camarade Aida, assidue aux entraînements et aux compétitions, a su combiner force et habitude. La compétitrice, jamais désarmée, trouve toujours le moyen de se relever. Au delà de son énorme performance d’hier (3ème de la compétition, benjamine surclassée, victorieuse 10-8 de la n°2 M15 Charlotte Fourrier), c’est son courage, son entêtement à vouloir toucher, son implication totale, qui montre à ses camarades les chemins de la victoire. Pas de succès sans générosité, pas de gloire sans courage et modestie. Il faut d’ailleurs dire du mot sur son épique 1/4 de finale : menant 5-0 et cueillant à froid son adversaire inattentive, Aida est ensuite (un peu) rattrapée par l’enjeu, puis au score. Mais elle a fini par trouver les moyens de conclure. À 9-8, la lumière s’allume, du bon côté : Aida touche toute seule, et crée l’exploit. Dépasser son adversaire, va de pair avec le dépassement de soi. La favorite a perdu, et la hiérarchie a été bousculée. Pourtant, dès demain, il faudra remettre en jeu les éphémères victoires d’hier.

Une telle humilité ne doit pas échapper à nos plus “grands”. L’expérience et le métier commencent à rentrer pour Élouan. “Je ne m’impose pas ici” m’avoue le jeune homme. Il a pourtant de quoi faire : 2 victoires en poules, de la technique, qui doivent s’accompagner d’une attitude conquérante et gagnante. La réserve des adolescent.e.s est un adversaire au moins aussi grand que celles et ceux qui se branchent sur la piste en face d’eux. Il leur est encore difficile de s’exprimer sur la piste, encore plus de trouver les mots pour qualifier leur performances après coup. Chez Maxime, c’est le verbe rageur qui sort le plus souvent. Le désaccord, et la frustration sort par le verbe. Raison de plus pour travailler la “phrase” gagnante sur la piste, pour ne pas la ruminer en dehors. La colère est rarement bonne conseillère.

Le calme, apparent, de Gaspard, s’exprime à travers sa poule. L’attitude du jeune Medeiros est bonne, sereine et l’accompagne jusqu’au tableau de 16. Après une courte défaite (10-7), il ne montre pas de déception excessive. Il faudra remettre en jeu ce que l’on sait, les points acquis, les défis et les bêtes noires, à la prochaine épreuve. En escrime, la vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain. La longueur des compétitions, la difficulté des mouvements, les situations désespérés que l’on renverse, invitent les pratiquant.e.s à “rejouer” : remettre en jeu, mais aussi s’amuser. Au départ du groupe, ce sont les sourires et la bonne humeur qui prédominent.

***

Nos deux “grands” adolescents, Cécile & Rayan, ont déjà, si jeunes, traversés de nombreux obstacles. Je ne suis pas certain qu’ils se soient toujours amusé en compétition. Rayan, notamment, a appris ce recul grâce à la répétition de l’exercice compétitif. Rater une échéance, pleurer, être en colère contre soi-même, sont des réflexes, mais pas des moteurs. Et puis, il en arrive d’en rater une autre, et d’en rire. Et ainsi de suite. Pragmatiques, lui et Cécile abordent désormais plus sereinement ces étapes, connaissant davantage leurs moyens et leur possibilité. Pas déçu de son élimination du samedi, Rayan mesure le chemin parcouru, et sait que la route est encore longue. Alors que la Halle Carpentier est encore pleine d’escrimeur.se.s sous le coup des 21h30, nous croisons, lui et moi, la route du “colosse” Yannick Borel, triple Champion d’Europe, Champion Olympique par équipes à Rio, et  l’été dernier Champion du Monde d’épée au mois de juillet dernier à Wuxi. Grand par la taille, le talent, mais aussi immense par la gentillesse dont il fait avec nous, en prenant la pose, et en acceptant avec beaucoup de réserve nos félicitations. À l’image de ce qu’ont montré Maria Mariño Blanco et Carlos Llavador auprès de nos jeunes, lors de leur passage au club lors de la Fête du Sport, une telle humilité dessine un modèle pour nous tous.

Qualifiée pour dimanche, Cécile révèle une réelle aptitude à la régularité, et hausse son niveau lorsqu’il le faut. 41ème, elle et Rayan doivent viser plus haut et rêver un peu. C’est de leur âge, et cela peut être une devise pour tous.

Thomas Fioretti.

***

Résultats M15
(NB : les résultats complets et classements seront publiés dans quelques jours, après publication sur FFE et Escrime-info)
CID n°1, M15, dimanche 14 octobre 2018, Gymnase Elisabeth.

Filles

Sasha Ayraud : pas de victoires en poules, éliminée au t.32 par Anouck Thaler (Paris Stade Français), elle termine 27ème ex-aequo de la compétition
Aida Khellaf : 3 victoires et 3 défaites en poules, éliminée en 1/2 finale par Bella Moisset (Paris Stade Français). Elle termine 3ème de la compétition.
Solveig Germain-Castex : pas de victoires en poules, éliminée au t.32 par Morgane Orven (Paris CEP) elle termine 27ème ex-aequo de la compétition

Garçons

Alois Cariou : 2 victoires en poules, éliminé au t.64 par Paul Hutin (Paris SCUF), il termine 37ème de la compétition.
Pablo Duprat : pas de victoires en poules, éliminé au t.64 par  Baptiste Lacasse Buffetaud (Paris Duellistes), il termine 58ème de la compétition.
Gaspard Medeiros : 5 victoires en poules, éliminé au t.16 par Marcello Dubrosini-Dubois (Paris CEP). Il termine 10ème de la compétition.
Élouan Reguigne-Grancher : 1 victoire en poules éliminé au t.64 par Joshua Szafran (Paris Suffren). Il termine 50ème de la compétition
Maxime Spanoudis : 4 victoires en poules, éliminé au t.32 par Noé Lautridou (Paris CEP). Il termine 21ème de la compétition

Résultats complets M17
Circuit National Élite M17 Paris,  samedi 06 & dimanche 07 octobre 2018, Halle Georges Carpentier,

Rayan Sadli :
Samedi : 3 victoires et 3 défaites au tour n°1 des poules. Classé 131ème après les poules, il s’incline au tableau préliminaire de 256 contre Sadio Traoré (Paris CEP) 15 touches à 6. Il termine 155ème à l’issue de la journée du samedi (260 classés).
Classement National à l’issue de l’Épreuve : 218 / 403 classés.

Cécile François :
Samedi : 4 victoires et 2 défaites au tour n°1; Classée 40ème après les poules, elle bat Angeline Masset (Vauzelles EC) au tableau préliminaire de 128, sur le score de 15 touches à 13. 37ème à l’issue de la journée du samedi (128 classées), elle se qualifie pour le tableau final du dimanche.
Dimanche : 4 victoires et 2 défaites au tour n°2 de poules; Classée 33ème après les poules, elle s’incline au tableau de 64 contre Mélinat Thuet (Belfort ESC) sur le score de 15 touches à 8.
Elle termine 41ème de la Compétiton Élite (69 classées).
Classement national à l’issue de l’Épreuve : 66 /180 classées.

***

Remerciements :

Merci à notre arbitre des M15 du dimanche 14 octobre, Rayan Sadli
Accompagnatrices et accompagnateurs des M15 : la Maîtresse Donatella & le Maestro Thomas; Merci aux parents et accompagnant.e.s d’élèves, Laurence Carine, Marieta, Aline, Dalila, Jules, Sédik, Nicolas, Frédéric. Crédits photographique : Donatella Guercia, Jules Ayraud.
Accompagnatrices et accompagnateurs du Circuit M17, Thomas Fioretti; Merci à Martine François et Nadir Sadli pour leur soutien auprès de nous lors de l’épreuve. Crédit Photographique : Ludovic Peressini (avec son aimable autorisation)  https://www.facebook.com/alapointedufleuret/

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com