ANNONCE DU CEFC (30.06.2020)

with Pas de commentaire

Chèr⋅es membres du CEFC, nous souhaitons vous informer d’information importantes. Voici, au 30 juin 2020, un point de situation du club :

Comme vous, comme nous toutes et tous, avec l’épidémie de Covid-19 le club a traversé une période difficile et inédite qui a bouleversé son quotidien et remisé ses activités habituelles pour de longs mois. Depuis la fermeture du club et l’annonce du confinement le 14 mars,  jusqu’aux premières étapes du déconfinement (le 22 juin pour l’Ile-de-France), la pratique sportive en salle a été strictement interdite par l’Etat et les autorités de tutelle. A l’exception des tâches administratives, les vidéos & “visio”, ou le passage en ligne des blasons, le CEFC a donc été à l’arrêt sur ses activités sportives principales pendant toute cette période. Afin que l’association puisse survivre à cet arrêt aussi inattendu que prolongé, il lui a fallu, notamment, recourir au dispositif de chômage partiel pour ses encadrants sportifs.

L’épidémie étant pour l’instant sous contrôle, la vie reprend petit à petit ses droits. Depuis le début de cette semaine, la plupart des pratiques sportives sont à nouveau autorisées sous conditions sanitaires strictes (10 personnes maximum par entraînement, etc.).Malheureusement, cette autorisation arrive alors que la saison s’achève… C’est pourquoi la grande majorité des clubs sportifs parisiens, quelle que soit leur discipline, ne reprendront leur activité qu’à la rentrée de septembre.

Le CEFC, lui, avait le projet de « rattraper » une partie du temps perdu en se mobilisant tout le mois de juillet pour proposer des cours enfants, ados et adultes à la salle Gambetta . La Mairie et la Direction Jeunesse et sports n’ont pas ouvert la salle de Bercy, et en raison de travaux importants prévus dans le collège pendant le mois de juillet nous ne pouvons occuper la salle Gambetta, même pendant le mois de juillet. Mais nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous à la rentrée de septembre pour la reprise sportive !

Ré-adhésions et permanences de retour

Dès cette semaine, les inscriptions pour la saison 2020-2021 seront ouvertes.  Une décision importante a été prise par le comité directeur, en concertation avec la direction sportive et les cadres : les adhérentes et adhérents de cette année bénéficieront d’une remise exceptionnelle de 100 euros sur leur réinscription.

Concernant l’arrêt de l’activité du fait de la pandémie, cette situation est hélas un cas de force majeure. En raison de la situation financière du club et  conformément au règlement intérieur, ainsi qu’aux statuts et à l’esprit associatif,  nous ne sommes pas en mesure de rembourser les adhérent⋅es pour les cours qui n’ont pas eu lieu depuis la mi mars. Néanmoins, tous les cadres du club sont pleinement conscient⋅es de l’inconvénient de voir un trimestre de pratique amputé. Le CEFC a ainsi pris la décision de procéder à un geste fort pour les membres de l’association lors de leur réinscription pour la saison 2020-2021.  Il sera donc possible, si vous ré-adhérez l’an prochain :

  • de bénéficier d’un avoir d’une valeur de 100 € pour chaque membre en 2019-2020 qui renouvelle son adhésion au CEFC pour la saison 2020-2021. Attention : pour bénéficier de ces conditions particulières il est impératif de se réinscrire depuis l’espace membres : https://membres.cefc.fr (page en cours d’actualisation)
  • Cette opération étant coûteuse en termes financiers pour le club, nous appelons l’ensemble de nos membres qui bénéficient de cette remise particulière de faire, dans la mesure de leur possibilités et de leur situation professionnelle un don au club. Le CEFC pourra en retour vous remettre une attestation fiscale qui vous permettra de déduire une partie de la somme de votre montant d’imposition.

Comment se réinscrire ? Comme l’année dernière, les inscriptions se feront en ligne et de manière dématérialisée sur  le site du club. Le paiement s’effectue toujours 1 ou 3 fois s’effectue par carte bancaire sur notre plateforme Helloasso.. Outre la remise exceptionnelle de 100 euros, le CEFC maintient ses tarifs spéciaux (sociaux, handi, étudiants, à partir d’un deuxième adhérent d’une même famille, etc.).

Dès cette semaine, la grille hebdomadaire des cours 2020-2021 sera disponible sur cefc.fr (menu cours > rubrique “horaires”) ainsi que les conditions générales de la pratique de l’escrime au club. Le CEFC appliquera les consignes sanitaires en vigueur dans les gymnases et équipements sportifs de la Ville de Paris et assimilés.
ATTENTION : la grille horaire, notamment celle du mercredi est encore incertaine. Des créneaux sont en attente de validation auprès de notre établissement référent à la salle Gambetta, n’hésitez pas à contacter les encadrant⋅es sportifs ou le secrétariat à ce sujet)

Si vous avez besoin de plus renseignements avant de faire votre inscription, vous pourrez contacter le club par mail ou téléphone (secretariat@cefc.fr, 06 63 83 66 60, ou directement auprès des cadres sportifs du club). Vous aurez également la possibilité de venir à l’une des permanences de fin de saison pour en parler directement avec l’équipe et/ou procéder avec elle à l’inscription en ligne si vous rencontrez des difficultés dans la procédure de saisie. 

Les adhérentes et les adhérents qui souhaitent poursuivre l’escrime au CEFC conservent jusqu’à la rentrée leur tenue d’escrime (les changements se feront en septembre pour les enfants qui ont grandi) à l’exception des M7 nés en 2013 qui doivent rendre leur équipement dès à présent, à l’occasion d’une permanence,  pour passer à la tenue blanche complète.

Et si on arrête ? La tenue est à rendre impérativement début juillet en venant à l’une des permanences prévues à cet effet. A défaut et/ou sans prise de contact avec le club par mail ou par téléphone, le chèque de caution sera encaissé fin juillet. Pour d’évidentes raisons d’hygiène, les tenues doivent être rendues propres et lavées (30°C à la machine) dans un sac fermé. Les tenues sales ne seront pas acceptées par le CEFC.

PERMANENCES ESTIVALES DU CEFC 
(Au 153 avenue Gambetta)

Mercredi 1er juillet de 15h à 20h
Jeudi 02 juillet de 17h à 20h
Vendredi 03 juillet de 17h à 20h
Samedi 04 juillet de 9h30 à 16h30

Dès l’ouverture des inscriptions, d’ici quelques jours, rendez vous sur la page du cefc pour connaître la procédure d’inscription mais également sur l’espace membres du site membres.cefc.fr pour bénéficier des conditions de remise exceptionnelles pour toute ré-adhésion. Le planning des cours et des conditions générales 2020-2021 sera également en ligne très prochainement. Malgré les difficultés et l’ampleur de la crise, le CEFC n’a pas baissé les bras : nous vous avons proposé des échanges en visio, des activités sportives toniques en vidéo avec la bonne humeur des Maître⋅sses Eddy & Dona. La pédagogie du CEFC a suivi son cours avec les entraînements et les examens des blasons en ligne. Nous poursuivons activement l’élaboration de projets sportifs, pour les enfants, jeunes et adultes, en faveur de la pratique de l’escrime pour tou⋅tes, valide et handisport. En attendant, nous tenions à vous souhaiter d’excellente vacances et un très bel été, et espérons vous retrouver en pleine forme début septembre pour la rentrée sur les pistes!

« Hasta La Victoria Siempre ! »

Pour le CEFC, les cadres sportifs
Eddy Patterson Betancourt
Donatella Guercia
Thomas Fioretti. 

Guide du passage des blasons 2020 “en ligne” !

with Pas de commentaire

Le passage des blasons est un grand moment de la saison du CEFC. Escrimeuses, escrimeurs en confinement, il est temps de sortir les livrets de vos sacs d’escrime !

  • Etape 1 : la création de votre espace membres (reservé aux membres du CEFC)

Confinement oblige, il se passeront en ligne sur le site membres. Pour cela il vous faut au préalable créer votre espace membres. Les espaces membres sur le site cefc.fr ne sont plus disponibles, il est important de vous familiariser avec le nouveau site membres. Ce site va vous permettra d’effectuer de nombreuses interactions.

Pour cela, c’est simple, il vous suffit de vous rendre sur le site membre.cefc.fr, rubrique mon profil, s’inscrire

  • Etape 2 : se familiariser avec la page des blasons

Vous pouvez d’ores et déjà consulter la page des blasons sur le site membres rubrique “Service aux membres” , sous rubrique “Les Blasons”.

Le menu propose plusieurs onglets. Pour l’instant la partie examen n’est pas encore disponible, mais vous pouvez vous entraîner à tester vos connaissances dans la partie “Entraînement”

Il ne vous reste plus qu’à sélectionner le blason de votre niveau de connaissance (Chevalier, Jaune, Rouge, Bleu ou Vert ! Des astuces, indices, et aides sont disponibles. Parents et jeunes escrimeur⋅ses L’interface étant intuitive, laissez vous guider ! La partie entraînement dévoile les réponses. C’est un moyen d’assimiler les connaissances avant le véritable examen en ligne.

Si vous rencontrez des difficultés sur certaines questions, si un questionnaire vous pose un problème insoluble, ou si vous souhaitez discuter d’un contenu théorique, veuillez écrire au rédacteur des questionnaires Thomas Fioretti, qui se fera un plaisir de vous répondre: thomas@cefc.fr !

  • Etape 3 : l’examen en ligne

Dès qu’il sera en ligne, vous pourrez passer l’examen. Nous allons bien évidemment vous laisser le temps d’accéder au questionnaire ! Nous vous informerons dans les jours à venir de la tenue de l’examen. Veuillez, pour vous préparer au mieux, retrouver ci dessous la liste des élèves devant préparer l’examen 2020.
Note des évaluateurs :

  • pour les élèves dispensés de blasons, nous vous conseillons fortement de passer l’examen “blanc” de votre blason déjà obtenu. Il s’agit pour nous et pour vous d’un jeu, en même temps qu’un “contrôle de connaissances” ! A vous de “jouer” !
  • Nous vous conseillons également de ne pas passer d’examen “non prévu”. Nous rappelons que les blasons sont un accompagnement pédagogique calibré et correspondant un projet de pédagogie des âges et de l’apprentissage, qui accompagne pas à pas les groupes et la progression individualisé de chacun⋅e. Merci de ne faire que celui correspondant à votre “convocation” pour faciliter le travail de correction. Il ne sert à rien de présenter un blason “à l’avance” : nous ne tiendrons pas compte des résultats d’un examen si vous n’étiez pas invité⋅e à le passer.
  • “Bleu test” est une indication sur les blasons bleus, pour les M13 deuxième année les plus ancien⋅nes au club. Il s’agit d’un petit challenge pour vous !
  • Rappelez vous qu’une note moyenne ou inférieure à 10 ne doit pas être vécue comme un échec. Les rattrapages sont toujours possibles, et il s’agit de vous accompagner dans votre progression !

Voici la listes des élèves du CEFC pour les blasons

  • Chevaliers
  • Jaune
  • Rouge
  • Bleu
  • Vert
  • Contrôle de connaissance (examen facultatif mais conseillé par les enseignant⋅es)

Ces questionnaires peuvent être amusants à passer. Faites vous aidez par vos parents escrimeur⋅ses. Parents novices, c’est l’occasion pour vos escrimeur⋅ses à la maison de discuter d’escrime avec vos enfants. Bon courage à tout⋅es!

Des pistes à la maison!

with Pas de commentaire

Les sportives et sportifs sont confiné⋅es depuis plus d’un mois depuis le début de la pandémie, mais pas leur imagination ! Difficile de remplacer un entraînement d’escrime, surtout d’un sport qui a besoin d’opposition et de confrontation ! Faisons un tour de piste des escrimeur⋅ses à la maison. Avant que vous, adhérent⋅es du CEFC nous fassiez part de vos activités !

  • Bougez sans bouger de la maison !

Des informations très complètes sont présentes sur le ministères des sports se trouvent en ligne, et la plupart des instances sportives conseillent de conserver du mouvement (étirements, échauffements, activités ludiques à la maison pour les enfants). Il n’est pas toujours simple de pratiquer le sport à domicile, encore plus lorsqu’on manque de place. La plupart des exercices proposés en ligne sont simple et réalisables ! Le CEFC propose depuis peu des exercices physiques disponibles ici en vous connectant sur l’espace membres !

D’autres initiatives locales sont à saluer comme le CDOS de Marne, qui propose plusieurs exercices pour rester en forme, ou l’initiative fédérale “Escrime à la maison”.

  • Champions à domicile !

Les Jeux Olympiques de Tokyo annulés, certain⋅es athlètes se sont retrouvés dans une forme de questionnement et d’incertitude. De quoi réfléchir mais pas gamberger : Enzo Lefort, champion du monde de fleuret 2019, et interrogé “à distance” par Géraldine Weber sur le site Eurosport, garde le sourire et la forme dans son appartement parisien !

Je ne peux également que vous conseiller d’aller faire un tour sur le dernier billet de Cécilia Berder, membre de l’équipe de France féminine de sabre, et chroniqueuse pour France Info. Elle confie son humeur et l’état d’esprit d’une athlète de haut niveau ! A lire et à entendre sur le site de France Info

  • Un peu de culture de l’escrime pendant le confinement

Amis amateurs de culture de l’escrime, Maître Vincent Rémy, notre collègue de la Tour d’Auverne et animateur du site Escrime Info, propose une sélection de livres sur l’escrime. Du côté sportif (développer ses stratégies avec “L’esprit de l’épée” ou “Faire de l’épée) ou du côté des biographies (la célèbre “L’escrime dans la peau” de Sergueï Golubitsky).

Le club Compagnie d’Armes de Lyon, dès le 19 mars, avait dressé sa liste de livres & films autour de l’escrime. Outre les inusables classiques, d’Edmond Rostand à Alexandre Dumas, en passant par Jean Marais et Gérard Philippe, on retrouve les beaux “Duellistes” de Ridley Scott (1977), premier film du réalisateur britannique Ridley Scott et “The Princess Bride”, un conte raconté à un enfant… contraint de rester à la maison ! (voir liste en cliquant sur le tweet ci-dessous)

  • Et toi, escrimeur⋅se du CEFC, que fais tu à la maison?
cible artisanale du 11ème

Privé⋅es d’escrime et de sensation avec les armes, les maître⋅sse⋅s d’armes du CEFC tentent, tant bien que mal de garder la pointe !
J’ai bricolé une cible artisanale sur un siège hors d’usage pour ne pas perdre les réflexes élémentaires ! Sans armes ou sans espace à la maison, et si il est impossible de se battre à la maison, n’oubliez pas que des baguettes, un bout de bois peuvent remplacer une poignée et servir à travailler le doigté et l’agilité! A défaut de travailler ses jambes, faisons travailler l’imagination!

A votre tour désormais, ami⋅es épéistes, fleurettistes et sabreur⋅ses du CEFC, votre présence et votre bonne humeur nous manquent ! Nous lançons un appel à témoignages, pour que vous nous racontiez votre occupation ‘d’escrimeur⋅se à la maison :

Partagez nous vos photos, vidéos, textes, dessins des enfants, envoyez nous de vos nouvelles à secretariat@cefc.fr en attendant la rentrée sur les pistes !

Thomas Fioretti

Et la vie continue

with Pas de commentaire

Lorsque les jeunes ados et enfants du CEFC disputaient, les 7 et 8 mars dernier, aucun⋅es d’entre eux avaient en tête de disputer leur dernier tournoi d’escrime avant un temps indéterminé. Les annonces successives des autorités sportives et sanitaires du pays, ont sonné, depuis le 13 mars dernier, un arrêt brutal, mais nécessaire des activités sportives. A l’aube de la crise qui frappe l’ensemble des habitant⋅es de la planète, le CEFC avait démontré ce qu’il sait faire de mieux : sa cohésion sociale et sportive, sa forte capacité, lors des rencontres par équipes et le courage de ses compétitrices et compétiteurs. Petit tour de piste, en attendant les grandes retrouvailles.

La rentrée sur les pistes, après les vacances d’hiver, paraît, à l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, un temps encore léger où l’école, le travail et les entraînements d’escrime redevenaient la petite habitude. Journée exceptionnelle en année bissextile, le samedi 29 février 2020 devait réserver son lot de surprises, la suite logique d’une année qui a petit à petit perdu la tête.

Ce jour-là, plusieurs générations de fleurettistes se retrouvaient sur la piste. Le CEFC n’a pas ménagé ses efforts pour motiver filles et garçons à aller à la bagarre. En ce début d’épidémie, tout le monde ou presque commence à “se serrer les coudes” mais on se serre encore la main à la fin de l’assaut. Ce jour-là, les esprits les plus joueurs espèrent encore tirer profit d’une compétition par équipe : du plaisir chez les grand⋅es, un rêve de qualification nationale au soleil du sud pour les jeunes.

Les garçons vont vivre une compétition compliquées : les équipes séniors de Florent, Ruben et Thomas P. et de Matthieu, Nils et Gatien vont tomber sur plus “costaud”. Malgré l’appui de la maestra Donatella, aux côtés de Sara et Agnieszka, mais sans Mariore, clouée au lit avant l’heure, l’équipe des dames s’avère tout aussi impuissante contre la Tour d’Auvergne et le SCUF.

Thomas Pioger, toujours à l’affût !

Chez les cadets, c’est l’équipe des garçons qui ouvre le bal. L’arrivée au gymnase est tardive et la place manque en arrivant sur place. Échauffés à la hâte dans les couloirs du gymnase, Rayan, Gaspard et Sekou sont cueillis à froid par une homogène équipe de BLR92. Frustrés par des décisions arbitrales surprenantes, les garçons se reprennent et battent sur le fil 45 touches à 44 une deuxième équipe de BLR92, avant de s’incliner à nouveau contre St Germain en Laye, non sans avoir lutté jusqu’au bout. La compétition individuelle du lendemain sera plus difficile, mais c’est déjà une autre histoire. La satisfaction d’avoir travaillé la cohésion et montré ce que chacun était capable de faire l’emporte sur les déceptions individuelles.

Ce jour-là au gymnase Elisabeth, les générations se croisent, se soutiennent. Chacun est dans sa bulle, mais la compétition est rude, pour peu qu’on manque un peu de métier. Alors, le soutien des aîné⋅es est toujours le bienvenu ! Le temps d’une photo, on réunit les équipes féminines. Les “jeunettes”, vaincues mais vaillantes contre les filles de Melun, puis battues 43-45 par une belle équipe de St Germain en Laye pour jouer la 5ème place. Ensemble, elles font preuve de courage et découvrent en chacune d’elles des ressources insoupçonnées, notamment Loreline et Lilou, remarquables de bout en bout du tournoi.

Maestra Donatella, Loreline, Cécile, Sara, Lilou, Agnieszka

Encouragées par leurs jeunes camarades jusqu’à la tombée de la nuit, c’est une à une que les maestros vont chercher les déçues et épuisées compagnes d’armes du CEFC et du club de Sèvres, pour se mettre d’accord pour un match pour du beurre entre les deux équipes, déjà éliminées de la course à la qualification. Sèvres l’emporte, mais l’essentiel est ailleurs. Filles et garçons repartent d’Elisabeth, épuisé⋅es, riches d’une expérience collective supplémentaire, réunissant des jeunes gens d’horizons et de tempérament différents, autour d’une envie de gagner en chœur, en cœur. On passe beaucoup de temps à expliquer ce qu’est la victoire, pour parfois l’effleurer. On en prend parfois un peu moins pour regarder en face la défaite, et le poids qu’elle pèse au quotidien. C’est pourtant dans le sillon des matches perdus, des décisions contestables, des actions en l’air et ratées, que se creusent les grandes victoires. Toutes ces jeunes athlètes resté⋅es jusqu’à la tombée de la nuit pour supporter le poids de ces réflexions sont sortis grandi⋅es d’une ligne morale et pas d’un palmarès.

équipe & entraîneur : Loreline, Lilou, Cécile, Thomas & Aida
Paroles de coach
Sekou, Agnieszka, Aida (cachée par Agnieszka), Gaspard, Lilou, Thomas, Loreline, Cécile, Rayan, Maestro Eddy

On dit qu’une bonne performance collective peut parfois transformer les tireur⋅ses ordinaires vers des hauteurs qu’ils n’espéraient peut-être pas atteindre seul⋅es; qu’elle tend à inciter les individualistes à davantage de don de soi et de générosité. 9ème le lendemain, à l’occasion du Championnat Ile-de-France M17, Aida peut profiter du confinement pour mesurer tout le bénéfice de ce que lui apporte le travail de groupe et l’entraide des camarades de club.

Samedi soir, la tête de la jeune tireuse bouillonnait et la lucidité l’avait abandonné. Dimanche matin, c’est une tireuse concentrée et impressionnante de calme et de précision qui s’est frayée un chemin jusqu’au tableau de 16. La “grande petite” Aida, privée de grand 8 à une riposte près, était à une touche de réaliser une performance majuscule. Mais son parcours lui permet tout de même d’apparaître cette fois ci dans les 10 meilleures M17 d’une compétition Régionale, et dans le classement des meilleures parisiennes d’une catégorie qui n’est même pas la sienne.

***

Une petite semaine plus tard, c’est au tour des M15 de tenter l’aventure collective. Avant de partir pour la compétition, nous recevons la visite surprise des adultes revenu⋅es avec le sourire de la “matinée loisir”, avec une belle 3ème place pour Simon au fleuret, et surtout des tireur⋅ses présenté⋅es dans les 3 armes !

Les “gainés” du lundi, Laure & Thierry, ont dégainé leur pointe pour quelques duels !

Pointe vers le bas mesdames et messieurs ! Des enfants nous lisent et nous regardent ! 😂

Dimitri & Simon n’hésitent pas à échanger les armes et troquer leur tenues et leurs surfaces valables. Joueurs, qu’ils soient au sabre, au fleuret ou à l’épée, le dénominateur commun reste le plaisir de l’escrime !

Simon a sabré le Perrier

L’occasion de ces rencontres, est aussi de s’initier à l’arbitrage. Le jeu en vaut d’autant la chandelle, lesté du poids du résultat et de la pression du classement, il s’exerce dans l’esprit courtois et dans une approche constructive.

***

Le même jour, sur le coup de midi, c’est l’heure du départ groupé des jeunes depuis le collège Gambetta, où Maître Eddy & Thomas ont donné rendez-vous pour un ralliement. Les trajets sont propices aux bavardages, on se raconte mille fois histoire, on écrit les matches, avant et après la compétition et biens d’autres histoires de jeunesse, avant de les vivre.

Alois, Pablo, Solveig, Astahan, Aida, Lilly, Rayan, Camille,Théodore, Adrian, & Maestro Eddy

L’expérience collective s’avère encore plus cruelle une semaine plus tard, sportivement, pour nos troupes. Les “petit.es” équipes M13 surclassées, composées de Camille, Céleste et Lilly, Astahan, Théodore & Yal ne comprennent pas du premier coup, au vu de leurs places en fond de grille, qu’ils sont présent⋅es pour apprendre et “s’entraîner” dans une catégorie qui n’est pas la leur. Le coup est plus rude à encaisser pour Alois, Adrian, Pablo et Gaspard, rapidement balayés, démunis ce jour-là d’atouts forts et d’esprit de révolte.

Sans victoire, les garçons vexés ne traînent pas dans le gymnase, alors que rencontres des filles s’achèvent au crépuscule. Battues et combatives , littéralement et pratiquement surclassé⋅es, les ‘inséparables’ ne perdent pourtant pas le sourire, une fois les matches terminés. Les rencontres en 36 touches étaient pour la plupart des jeunes une première vraie expérience compétitive. On pourra travailler mille fois les actions, répéter indéfiniment nos gammes, la cohésion et les collectifs se cimentent dans ces moments de joie et de dépassement, où les destins sportifs se lient les uns aux autres.

De la préparation à la baston, le groupe montre, tout au long de la longue après-midi, vaillance et persévérance : dans les gradins, Camille se prépare avec le sourire; sur la piste, Paloma exécute ses premiers coups droits gagnants et Solveig présente sa pointe et sa détermination. Non loin de là, contre les filles du SCUF Céleste, passe à l’attaque !

(Crédits photographiques : Brigitte Sombié)

Un mot sur deux premières fois : sur la pointe des pieds, mais avec tout son courage, le jeune Adrian possède l’écoute et la réserve des travailleurs discrets. L’avenir récompensera sa patience s’il persévère et revient à l’exercice. Tout comme Paloma, il s’offrait le privilège de débuter la compétition en fanfare : en découverte et en apprentissage, mais pas en observation, impressionné⋅es par l’opposition, mais rassuré⋅es par le soutien et l’amitié de leurs équipier⋅es et la présence des Maîtres d’Armes. Les larmes versées par la grande escrimeuse du groupe M13, se sèchent assez vite, soulagée par la téméraire Aida et de la persévérante Solveig, qui a la lucidité de lui rappeler qu’elle ne doit surtout pas encaisser les coups toute seule. Comme la semaine passée, les compétitions se terminent en début de soirée. Eddy & moi tentons de prolonger la fête : nous ramenons la troupe dans le XXème arrondissement et on improvise un goûter tardif dans la tisanerie du commerce en face de la salle d’armes. Sans savoir que tout allait être mis sur pause une semaine plus tard, le temps s’étire et l’on s’étonne alors de la résistance de ces courageux jeunes gens.

***

Dimanche 8 mars, deux jeunes garçons avaient également décidé d’aiguiser leur tranchant et de s’aguerrir au contact des sabreurs franciliens : voici Vadim & Pierre !

Vadim & Pierre, escrimeurs M15 du mercredi au sabre

Les deux tours de poules sont riches pour Vadim et Pierre, qui remportent leur premières “V” en compétitions. Une ou deux victoires auraient peut-être parues bien maigre en saison compétitive. Elles ont au contraire valeur de trésor. D’ici quelques temps, elle réchaufferont les cœurs rien qu’à les évoquer.

Après la bataille des pirates, à peine le temps d’un petit sandwich que débarquent déjà les cavalier.es M11 puis M9 pour l’entraînement des jeunes. Lors de l’échauffement collectif des franco-cubain, les escrimeur⋅ses occupent l’espace, sur toute la longueur d’une piste ! “Ha mais c’est une armée ! me fait remarquer mon collègue du Racing Club, Keivan Javanshir. Au CEFC, les groupes nombreux exigent des éducateurs une attention portée à tous, à tous les instants, et une discipline sans faille pour la progression individuelle. Les élèves n’oublient pas leur premiers devoirs, qui pourraient figurer sur un imaginaire “livret des valeurs du CEFC” : apprendre, s’amuser, s’accrocher.

Un groupe M11 soudé et discipliné, une véritable école d’escrime

La rencontre propose son cocktail habituel : un lot de quelques touches et matches remarquables, de rires et de coups rudes, et de grosses défaites et des premières désillusions. Le contraste le plus marquant sera les après midi respectives de Gabriel & Robin, aux étoiles contraires. Sonné d’entrée par des coups malheureux, Gabriel finira médaille autour du cou, tandis que Robin, sera injustement privée de la sienne suite à un arbitre étourdi trop émotif pour voir une riposte pourtant évidente à 5-4. Pleurs et déceptions comprises, l’apprentissage des jeunes escrimeur.ses, mais aussi des jeunes arbitres, vaut bien plus cher, que que leurs futurs classements.

les M11 Robin, Aidan, Otto, Eliot, Nils, & Gabriel
Tous réuni⋅es pour le dernier match du compagnon d’armes !

Les M11 ont croisé les “grands” avant à leur tour, de disputer leur parcours du combattant (2 tours de poule !). Tous pu apprécier, sans le savoir leurs derniers touches avant un moment! Leur bon comportement, à l’issue d’une longue après midi, a été très apprécié des Maîtres d’Armes, C’est davantage sur cette note d’optimiste et résolument tournée vers l’avenir, que sur un ton déjà nostalgique, que notre pépinière vous salue !

***

Le monde entier a mis pause sur l’univers sport : Jeux Olympiques & Euro de football décalés, compétitions d’escrime reportées, évanouies, annulées… Le temps perdu est perdu, les armes du CEFC sont au placards, les appareils d’escrime dans les valises, mais pas notre histoires, en écriture perpétuelle. Confiné⋅es à domicile, on espère continuer à vous les transmettre le plus longtemps possible.

Thomas Fioretti

Cette article est dédié à l’ensemble de nos adhérent.es en ce début de période extrêmement particulière. Un grand merci à Brigitte Sombié pour les photographies qui ont accompagné cet article !

URGENT Coronavirus Covid-19

with Pas de commentaire

INFORMATION AUX MEMBRES DU CEFC

(MAJ le 20.03.2020)
Au vu des circonstances exceptionnelles, et de l’urgence sanitaire, déclenchés par l’épidémie de Coronavirus COVID-19, le CEFC, suivant les directives gouvernementales, ainsi que les recommandations des instances sportives, (Ministère des Sports, Ville de Paris, ainsi que les Fédération Française Handisport et la Fédération Française d’Escrime,) a estimé nécessaire de prendre les décisions suivantes :

  •  Arrêt des activités sportives au CEFC, ce dès le vendredi 13.03.2020. Le club restera fermé jusqu’à nouvel ordre. Les cours d’escrime en semaine, ainsi que les cours du samedi à Gambetta, et les cours de la salle des sports de Bercy, le mercredi et vendredi sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

Message de la Mairie de Paris

Nous vous recommandons donc la plus grande vigilance vis-à-vis des publics que vous accompagnez dans le cadre de vos activités associatives.
À ce titre, nous vous suggérons d’annuler toutes les actions collectives destinées aux enfants et aux personnes fragiles.

La DJS (direction jeunesse et sports) et la Mairie de Paris , à la suite des déclarations gouvernementales, nous informent, dans un courrier daté du 14.03.2020 que les équipements sportifs parisiens seront fermés dès aujourd’hui et ce jusqu’à nouvel ordre.

Le CEFC a également pris les décisions suivantes concernant ses activités durant les 30 prochains jours :

  • Report des blasons à une date ultérieure.
  • Report du week-end sport et découverte à Vernon; initialement prévu les 03, 04 et 05 avril, au mois de juillet.

Les cadres du CEFC assureront une présence demain, samedi 14 mars 2020, devant la grille du collège pour informer les adhérent.es de la situation.

Informations fédérales complémentaires

  • La FFE, dans un communiqué daté du 13 mars 2020 avait dans un premier temps annoncé la suspension des compétitions et des stages, et recommande la fermeture des activités des club.
  • Une publication au journal officiel, datée du 15 mars 2020, indique que les établissements sportifs couverts ne peuvent plus accueillir de public jusqu’au 15 avril 2020. Par conséquents, les entraînements et compétitions sportives jusqu’à cette date sont donc annulées.
  • Le 16 mars 2020, les lieux publics sont fermés (hors commerces alimentaires) et un confinement partiel du pays est annoncé.

En forme Olympique

with Pas de commentaire

C’est la rentrée au CEFC ! Les escrimeur.se.s reprennent dès lundi 24 février le chemin des pistes et des salles d’entraînements ! L’occasion de revenir sur les dernières actions et nouvelles du club, sur les pistes et sur le terrain !

Théotime, escrimeur tout terrain

Juste avant la trêve hivernale des sportif.ve.s, les cadres du CEFC ont uni leurs forces pour organiser, dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique (du 03 au 08 février 2020), une intervention sportive auprès des jeunes élèves du Collège Buffon (Paris 15èm) et d’une classe Ulis de déficient.e.s visuels. Avec l’installation de sa piste d’escrime, de ses deux appareils d’escrime Handifix, ses fauteuils et ses “kits première touches”, nous avons pu partager la passion de notre discipline, via des ateliers d’initiation, avec 28 collégiens ! Cette rencontre a vu le jour grâce à la complicité et le lien de notre jeune athlète Théotime Bethod, scolarisé dans l’établissement, et arrivé en habit de lumière ! Le clou de la journée a été sa mise en action sur la piste CEFC, et l’occasion d’un combat d’escrime contre un camarade volontaire !

Une superbe matinée de partage, autour des valeurs sportives, mais aussi les valeurs de l’escrim et du CEFC, qui insiste sur les pratique d’inclusion, au sein de toute ses pratiques de l’escrime. Nous adressons un grand merci à tout le personnel du Collège présent, qui ont accompagner les jeunes et les enfants, et participé à la séance pour un petit match !

Un grand merci à Mme Katia Bonalair, principale adjointe, et Mme Gabrielle Sauvillers, coordinatrice et au personnel du Collège Buffon et leur accueil chaleureux.

***

Côté pistes, les derniers week end et notamment le début du mois, ont été particulièrement sportifs pour nos escrimeur.se.s : du fleuret, du sabre et de l’épée ! Il y en avait… pour tou.te.s !

Ce n’est pas encore un peloton qui se déplacer pour découper des régiments, mais notre jeune escrimeur Vadim, ne manque pas de tranchant ! Enfin, ce n’était peut-être pas le cas à 7h30 pour démarrer ! Avec courage, accompagnée par la Maîtresse Donatella, le jeune sabreur est allé à la bagarre pour sa première compétition régionale. Un pionnier de son genre, qui, on l’espère, entraînera d’autres jeunes, pour disputer les Championnats de Paris M15, prévus samedi 14 mars 2020 au Gymnase Elisabeth.

Le même week-end, se déroulait au fleuret, le “Marathon de Fleuret”, organisé par le CEP dans la spacieuse Halle Georges Carpentier (Paris 13ème) compétition de gala où étaient présent.e.s 3 de nos jeunes tireur.se.s, habitué.e.s des pistes, Aida, Gaspard et Yal. Figurants du blockbuster des compétitions internationales, nos trois licencié.e.s ont pu profiter de leur journée du samedi pour évoluer au milieu des étoiles du circuit européen.
Vous pouvez retrouver les résultats, infos et photographie du Marathon de Fleuret du CEP sur le site dédié à l’épreuve : https://www.marathon-fleuret.com/marathon-fleuret.html

Enfin c’est à Bailly Romainvilliers que Matteo & Mariama ont pu disputer leur première épreuve du Circuit National des Mousquetaires de Val d’Europe. Une très belle expérience chez les “grands” pour Matteo qui continue son apprentissage de l’épée et sa progression.

Pour Mariama, il s’agissait surtout de renouer avec la compétition sportive, absente sur le terrain depuis un moment, mais motivée comme jamais ! Mariama termine 10ème de la compétition( (10 classées) et Matteo termine 25ème (34 classés)

Matteo, accompagné du Maître Eddy et de son papa Alexandre, avait auparavant, disputé le stage de préparation à Bailly Romainvilliers, qui regroupait ses habituels adversaires et camarades pratiquant l’escrime fauteuil. Nous vous rappelons par ailleurs que le club invite régulièrement ses athlètes valides à se mettre en situation de handicap et insiste, auprès du public, à la salle et ailleurs. Lors du stage d’hiver, nous avons présenté un rapide tutoriel de la pratique en fauteuil auprès des enfants et des jeunes.

Le Circuit National et le Stage d’Escrime au club de Val d’Europe constituaient Une revue d’effectif très intéressante et une belle occasion de se rôder avant le tournoi Handi-Valides de Villemomble (28-29 mars).

Mariama avant son match face à Faïza Reny (Val d’europe)

***

Le circuit national d’escrime, est, de l’avis de tous, de plus en plus dense, relevé, et internationalise ses couleurs. Y tenter sa chance est une marque de courage et une part de bluff, pour espérer jouer sa carte dans un bon jours. Nos athlètes ont choisi d’évoluer dans le bain de “l’élite”.

Challenge des Hauts de Seine 2020, BLR 92

Déployant ses ailes sur toute l’île de France, le Maître Eddy a eu l’occasion d’encourager ses “cabballeras y cabballeros” au grand tournoi international de fleuret de Bourg-la-Reine. Le club organisateur, BLR 92, avait encore une fois sorti le grand jeu, en invitant l’équipe féminine de Pologne et masculine du Canada, et en la présence de sa star US licencié au club de Bourg La Reine, Race Imboden. Mariore & Agnieszka, et Florent & Ruben, sont allés jouer leur va tout parmi les “cracks” nationaux et internationaux. Avec deux victoires chacun, Mariore, Ruben & Florent ont disputé un honnête tour de poules. Eliminés au premier tour, Agnieska et Ruben, ont pu apporter un soutien précieux aux copains restés en piste : après une victoire au premier tout (15-9) Mariore est tombée contre la licenciée chinoise de BLR 92, Fei Ruo Qiu; “Flo” après un premier match bien géré (victoire 15-9), s’incline 15 touches à 4 contre Maxime David (CAN). La petite troupe, après le passage éclair du Maestro, a pu compter sur les encouragements d’Anne Oury, toujours blessée à la main, mais dont les précieuses vidéos ont pu aider à l’analyse des matches ! Bien jouée, pirate 😉

Reines & Rois sans couronnes

Repartis au combat trois semaines plus tard, c’est sur la route de France, vers le Sud et Bordeaux, que Mariore et Florent sont allés chercher quelques points au classement national, pour un résultat similaire (2V et défaite au dernier tour de qualification pour Mariore; 1 V en poules seulement pour “Flo”, mais un premier tour gagné à l’orgueil.) Eliminés samedi, les deux jeunes fleurettistes ont néanmoins de quoi continuer le Circuit National, qui posera à nouveau ses valises en Gironde, pour les Championnats de France Séniors au Fleuret, au mois d’avril prochain.

Deux mille vins, avec ou sans modération

Les résultats complets des épreuves sénior
Challenge Sagan & Damestoy (15 & 16 février 2020)
Challenge des Hauts de Seine 2020 BLR92 (Gymnase des Bas Coquarts, 24 janvier 2020)
Dames : http://www.engarde-service.com/files/lifouest/2020_blr92/pre_fds/index.php?page=clasfinal.htm; Hommes : http://www.engarde-service.com/files/lifouest/2020_blr92/pre_fhs/index.php?page=clasfinal.htm

***

Pendant ce temps là, à la salle Gambetta, c’était plutôt effort et très bonne humeur, pour nos jeunes escrimeur.se.s et l’occasion de préparer les nombreuses échéances sportives du mois de mars

L’entraînement M15, samedi 08 février fut l’occasion de tester des formes d’opposition et de cohésion avec une formuler par équipes, suivie d’une petite “crêpes party” improvisée !

L’école d’Escrime du samedi (et ses invité.e.s M13 “pépinière”)

C’est dans une forme de continuité naturelle de cet esprit de groupe que s’est déroulé, du lundi 10 au mercredi 12 février 2020, le Stage d’Hiver de perfectionnement au fleuret : 28 participant.e.s, des catégories M9 à M20, auquel s’est joint un invité de marque, Maître Rudy Avilez, entraîneur principal de l’école d’escrime de Cienfuegos à Cuba. Trois journées de sport, d’apprentissage et d’émotions fortes, et un groupe heureux et réceptif !

participant.e.s du stage hiver du CEFC (Mercredi 12.02.2020)

Sportivement plus tranquille, la deuxième semaine des vacances d’hiver nous a permis de faire le “tour du propriétaire”, et d’opérer un peu de rangement de salle. Silvio, les filles du Maestro Eddy et Pablo, ont donné un petit coup de main ! L’occasion de pouvoir répertorier les nouvelles acquisitions du CEFC, pour la pratique de l’escrime pour tou.te.s (fauteuils & cibles) !

***

Pour finir ce petit journal en beauté, un mot de conclusion à l’accent ibérique, et au parfum d’ivresse et de victoire : ce week-end d’escrime internationale a vu, au Caire, la toute première victoire en Coupe du Monde de fleuret de l’espagnol Carlos Llavador, dont on a déjà raconté l’histoire sportive et amicale qui le lie au CEFC. Un parcours exceptionnel, entamé vendredi 21 février, par le tour de poules et deux matches en 15 gagnés, et poursuivi par un samedi dantesque, où le madrilène est passé par tous les états : mené 8-1 par l’américain Race Imboden au tableau de 64, il sort finalement vainqueur 15-13, ce qui constitue un authentique exploit; vainqueur dans un finish incroyable 15-14, encore mené 14-8 et au bord du précipice au tableau de 16 contre le russe Sirotkin, et à nouveau victorieux, sur le fil du japonais Saito à la dernière touche en 1/4 de finale. En état de grâce, Carlos va survoler les deux dernières marches, 15-3 contre Massialas (USA) et 15-6 contre l’incontournable Andréa Cassarà (ITA). Le jeune fleurettiste est désormais quasiment assuré de passer l’été dans la capitale nippone pour vivre son rêve olympique. Persévérant, travailleur acharné, il est passé par des moments sportivement difficiles, comme en janvier dernier à Paris; son immense talent, combiné d’un cœur et d’une générosité énorme , récompense à nouveau cet escrimeur de classe, avec ce succès mérité.

De Paris, pourtant nous avons été privés d’images. A Wuxi, lorsqu’il avait signé son autre retentissant exploit. Les échanges sms, et whatsapp entre ses nombreux supporters ont largement contrebalancé ce manque, et le monde de l’escrime peut d’ores et déjà reconnaître l’évidence : Llavador, au Caire, rimait avec “médaille d’or”.

Thomas Fioretti

Vacances d’Hiver : activité et fermeture du CEFC

with Pas de commentaire

Informations importantes sur les activité et la fermeture du club entre le 08 février et le 24 février.

  • Pour les vacances d’hiver, le CEFC interrompt ses entraînements et leçons d’escrime après le cours M15-M17 samedi 08 février 2020. Les cours d’escrime du 08.02.2020 des M7, M9, M11, M13 et M15-M17 seront donc assurés aux heures habituelles . Reprise des cours après les vancances lundi 24 février 2020
  • Le CEFC propose, la première semaine des vacances, pour les catégories M9 à M20, un stage de perfectionnement au fleuret
    Tarifs, horaires, et catégories sur le site du CEFC : https://cefc.fr/stages-du-cefc-stage-hiver-sortie-escrime-et-decouverte-printemps/
    Contact : secretariat@cefc.fr

Tant d’histoires à écrire

with Pas de commentaire

10 escrimeur.se.s du CEFC ont disputé, au fleuret, ce dimanche 19 janvier 2020, le 1/4 de finale M15 de la Zone Île-de-France, à Montigny le Bretonneux. 2 seulement, Aida et Gaspard, auront l’occasion de représenter leur club à Roanne, le 29 mars prochain, lors de la première étape nationale de la saison. Si la compétition a montré leurs limites, l’histoire écrite par ce jeune groupe, n’en est qu’à ses débuts.

  • Un départ groupé, un dimanche pour rester soudé.e.s

10/10 au départ, donné à 7h à Paris, malgré les petites pannes de réveil; 2/10 au soir de Montigny : le CEFC a pris pour pour habitude de retenir les bonnes notes, et d’assumer avec honneur les moins bonnes. Le contingent franco-cubain, important au départ (13 qualifié.e.s, 10 participant.e.s, soit 2 fois plus que l’an dernier), avait battu un record historique pour cette épreuve, l’une des 3 plus importantes de la saison des minimes sur le territoire français. La densité et le niveau de la concurrence n’a nullement découragé nos athlètes, y compris les jeunes surclassé.e.s.

Dès l’entame, la bonne humeur est de mise au sein du groupe, et les garçons ouvrent le bal avec décontraction et implication à l’échauffement, en investissant les pistes d’un gymnase encore bien silencieux. Malgré la difficulté de la tache, le plaisir de partager cette matinée ne quittera pas les fleurettistes. Le plus touché sera Alois, dans la difficulté lors de la poule et la suite. Se décourager n’étant pas dans ses habitudes, il signera une “petite” victoire comme son fidèle compagnon d’armes Pablo. Les M13 ont constaté que l’étage supérieur demande des habitudes et du bagage technique : Astahan est proche d’un succès mais paye son inexpérience (pas de victoires et une défaite contre son coéquipier de salle Christian); Yal, battu et abattu au 1er tour, signe une victoire d’honneur au tableau de 256, en battant son adversaire versaillais 10 touches à 2. Adam fait, certes partie des “grands” en étant déjà M15, mais des grands bleus ! Il compense son manque de technique par un allant constamment offensif et un engagement qui ne demande qu’à s’exprimer (et aussi à être canalisé !). Si Pablo, en progression franchira également le 1er tour et peut-être un palier mental, Alois, lui butera sur la première marche. Frustré, déçu, il se remobilisera très vite après les mots des entraîneurs !

Alois, ‘Hasta la Victoria Siempre’ !

Les battus du premier et deuxième tour, n’avaient dès lors plus aucun espoir de qualification pour Roanne, mais à vrai dire, aucun n’avait cette étape en tête à ce moment là. L’heure était plutôt à la rigolade,lors de la pause déjeuner.

Le CEFC et l’incident des “Petits princes”
  • Le début de l’aventure

Au moment où les garçons s’éparpillaient sur les pistes pour disputer leurs matches de tableau, les filles arrivaient également groupées, accompagnées par Frédéric, papa de Gaspard et Céleste, la grande absente de la journée côté fille. Aida, toujours aussi volatile, avait échappé à ses deux camarades, Solveig et Camille, à qui il a manqué quelque chose pour espérer mieux. Dernière et avant dernière du classement, il reste pourtant énormément d’enseignements à tirer, autres que la brutalité du résultat. Benjamine du groupe, il a certes manqué des touches à Camille, mais surtout la présence de sa sœur d’armes et sœur de Gaspard, la jeune Céleste. Si Camille n’a pas trop eu le temps de rêvasser, la teneur de ses matches a montré que la “petite” avait les pieds bien sur terre, et un cœur énorme, qui a sinon impressionné, du moins étonné certaines de ses adversaires en poules, parfois surprises par sa vivacité. Charlotte Pauletto, de la Tour d’Auvergne, est un fort infranchissable ce jour là. La journée vécue par la fleurettiste, très entourée par les garçons lors de ses premiers matches, puis grande camarade une fois la défaite vite digérée, construira les futures victoires, collectives, sportives, d’un groupe M13 plein d’espoir. Elle pourra, à son tour charger d’histoires son sac, et les raconter avec ses autres coéquipières. La fin de leur saison et la suite de leur parcours en réserve encore de belles d’ici juin.

Soulager les maux par les mots (photo @sportevent78)

A l’inverse de Camille, Solveig, jeune arbitres, escrimeuse M15 confirmée, n’est plus une débutante à ce niveau. Toujours partante pour combattre dans l’arène, la jeune boxeuse a grand sens du combat, et l’intelligence des clairvoyantes. Toujours un peu tendue, à réaction, elle peine à trouver la bonne carburation, surtout dans l’entame des tournois. La technique et le physique, en nette évolution positive ces dernières semaines, l’empêchent moins la touche victorieuse que la main, qui hésite encore, et la tête, qui gamberge toujours un peu trop. Courageuse, fidèle à ses couleurs, sa présence est un trésor pour Aida, qui fera honneur à son rang après des hauts et des bas lors des montagnes russe de son tableau de 32. Le sourire des supportrices donnent une leçon de fair-play à Aida. Si l’on cherche souvent Aida dans les gymnases de Paris et de France, ses deux camarades se tiennent au plus près au moment où elles ont perdu, pleines d’énergie pour encourager.

Rayon de Solveig
  • Aida & Gaspard, à suivre…

D’un point de vue comptable, les deux grandes satisfactions sportives, viennent logiquement des mieux classé.e.s du CEFC : Aida Khellaf, 10ème du tournoi dames, et Gaspard Medeiros, 20ème, comme en 2019. Une formalité sur le papier pour Aida, et pourtant pourquoi faire simple, quand on peut se compliquer la vie? Défaite lors de son tout premier assaut, Aida franchira aisément son tableau de 64 et passe près du précipice dès le tour suivant, à 7-3 et et 9-6, contre une adversaire qui l’a respecté jusqu’au bout, mais qui finira par céder sous le poids des offensives répétées de la jeune franco-cubaine. Touchée, coulée sous un torrent de larmes, Maître Eddy et moi nous nous précipitons, non vers la gagnante, mais vers la vaincue, pour souligner son courage au combat. Spectatrice du tableau de 16, Aida poussera la future finaliste Garance Roger… en bout de piste, lors de sa seule belle attaque du match. En manque de confiance, la tranchante attaquante de la salle Gambetta devra retrouver le mordant dans les prochaines semaines pour aller sur le grand huit ou rejoindre le carré d’as.

nos athlètes à l’écoute : le ‘débriefing’, à chaud, (photo @sportevent78)

Auteur d’une impeccable poule (5 victoires sur 5), Gaspard passe sans encombres les deux premiers tours de tableau (10-4 au t.128, 10-1 le tableau de 64). 15ème, son classement intermédiaire indiquait une percée et un avertissement : lui évitant un escrimeur mieux classé au tableau de 32, la logique comptable le plaçait en favori contre son adversaire de Champigny sur Marne, loin du compte après le premier tour (82ème). La force, toujours tranquille, même dans les moments les plus chauds, lui a tout de même manqué pour franchir match-couperet. Personne ne doute qu’il puisse un jour surmonter cet obstacle. Très observateur, avare en mots et en énergie, il est le centre atomique du groupe CEFC. Leader sans vouloir s’imposer, bon camarade sans être chef de bande, il possède l’œil des connaisseurs, la main chaude et la tête froide. Ne lui manque, peut-être qu’un ou deux matches références, pour voyager plus loin, ce supplément d’âme et d’émotion qui submerge ou transcende les champions; ce degré de folie capable de renverser des montagnes. Un tel esprit de conquête est ce qui a autrefois guidé une nation caribéenne, il y a 20, 30 ans, vers les sommets mondiaux.

  • “Tout est dit…”

On raconte souvent, y compris sur ces pages, la compétition et le parcours des jeunes athlètes, rarement celui des arbitres. Leur rôle, de 8h du matin jusqu’à 17h, 18h, entre fatigue nerveuse et visuelle, stress, force dans leurs prises de décisions, autorité, est fondamental. Cette fois ci de l’autre côté de la barrière, Rayan y trouve un espace d’affirmation de sa personnalité d’escrime. Aussi peu loquace en paroles que son jeune coéquipier gaucher, encore parfois hésitant sur la piste, il est également à la recherche de la justesse d’analyse de sa phrase d’armes. Personne ne n’oserait dire qu’il a peur du vide, et la joute régionale de dimanche, aux allures d’une grande compétition française (pas loin de 250 jeunes sur la journée), ne l’a nullement impressionné au moment de se lancer dans l’action. L’escrime est une discipline magnifique, car elle laisse les armes s’exprimer, et la justesse des mots correspondre au mieux, dans son lexique, à la description de sa gestuelle. Les techniciens les plus bienveillants, lorsqu’ils se sont eux aussi frotté à l’exercice de l’arbitrage, ont connu pareils bégaiements et hésitations au moment d’énoncer leurs verdicts, devant des tireurs galvanisés ou tétanisés par l’enjeu. Personne ne pourra reprocher à ces jeunes gens de ne pas avoir essayé.

En rentrant, nous nous racontons “1000 histoires” : celles de nos jeunes, toujours belles parce qu’elles sont encore à écrire, et les veilles histoires cubaines de l’escrime internationale, oubliées et glorieuses, étoiles qu’on voit encore briller tant qu’il y aura des personnes pour les raconter. Lorsqu’on croise un cowboy du 20ème, il nous fredonne un air du chanteur auvergnat Jean Louis Murat “Tout est dit” : “Pour un simple mot de toi/ j’aurais fait n’importe quoi/ le pire, le meilleur“. Celui-ci est à venir.

Thomas Fioretti

Résultats complets à retrouver sur engarde : https://www.engarde-service.com/files/lifouest/2020_h2024_zone/

Remerciements :
Accompagnatrices et accompagnateurs des jeunes ce dimanche : famille Medeiros, Belkhiri-Raynal, Djavadi, Dorance, ainsi que notre arbitre Rayan Sadli
Association Sport Event 78 –
@sportevent78 (photographies, avec leur aimable autorisation)

Challenge relevé & réussi !

with Pas de commentaire

Le CEFC organisait sa sortie pédagogique annuelle à la Coupe du Monde de Fleuret Hommes Séniors, le Challenge International de Paris, qui s’est déroulé du 10 au 12 janvier 2020 au Stade Pierre de Coubertin (Paris 16ème). Un groupe de 50 adhéren.t.e.s, encadrant.e.s et bénévoles du club a assisté à l’intégralité de l’épreuve individuelle du samedi. Matches d’anthologie, chasse aux signatures et “selfie” avec les athlètes, animations sabre laser et ambiance festive dans les gradins : tout était réuni pour passer un bon moment “franco-cubain”.

  • La journée des CEFC : restons groupés !

Samedi 8h45, Collège Gambetta : horaire inhabituel de rendez vous pour les jeunes escrimeur.se.s de la pépinière du CEFC, qui arrivent au compte goutte pour le départ de la salle d’armes jusqu’au stade Pierre de Coubertin. Tout le monde est au rendez-vous, même les lève-tard… de la catégorie M17 ;). Toujours en garde, le CEFC avait choisi d’emmener ses troupes en bus jusqu’à la porte de St Cloud. Le temps de compter tout le monde, et c’est parti, dès 9h pour une très longue mais riche journée de sport, de spectacle et d’animations diverses.

L’arrivée une bonne demi heure plus tard au stade est une première occasion , avant distribution des billets d’entrée, de prendre un instant de pose pour une photo souvenir du groupe !

les jeunes du CEFC prêt.e.s à assister à l’épreuve !

Arrivés au stade, notre choix se porte sur la piste jaune, dont les gradins sont moins fréquentés (puis vite rempli dès l’arrivée des français sur la piste !), dû notamment, à la présence sur la piste verte du Champion du Monde de fleuret Enzo Lefort, ou de l’inoxydable Erwann Le Péchoux, escrimeurs français très populaires auprès du public. J’avais insisté au début de la matinée, sur l’aspect international de l’épreuve et demandé aux élèves du CEFC de respecter avant tout l’escrime plutôt qu’un drapeau. Libres à eux, s’ils ou elles le désiraient d’admirer la vitesse des coréens, la belle pointe de Julien Mertine , l’aisance de l’américain Race Imboden, la justesse technique de l’italien Daniele Garozzo ou des tireurs russes… Les styles et écoles se conjuguent aux personnalités, tantôt exubérantes, tantôt en contrôle ou en nerfs, des fines lames venues du monde entier.

Début de match entre Maxime Pauty (FRA) et Daniele Garozzo (ITA) au tableau de 8

La compétition “à la maison”, pour l’équipe de France de fleuret fait le charme et le sel du “CIP”. Il n’y avait plus un siège vide pour assister au spectacle des victoires des franciliens Maxime Pauty au tableau de 32 (vainqueur 15-12 de l’américain Meinhardt) et Tom Voltz au tour précédent (victorieux du sud-coréen Lee Kwanghyun). Les “potos”, la famille et les précieux soutiens ont l’occasion d’y faire le déplacement et beaucoup de bruit depuis les tribunes. Dans le grand bain de l’escrime française et internationale, de plus jeunes escrimeurs sont lancés dans l’arène pour une revue d’effectif, et une prospection sur l’avenir. Mention particulière au brillant parcours du Lyonnais Paul-Antoine de Belval, survivant de la rude journée du vendredi et battu par le futur médaillé de bronze de l’édition 2020, Enzo Lefort. Auteur d’une remarquable journée, le n°1 français et désormais n°2 mondial élimine deux camarades d’entraînement, Julien Mertine d’abord, sans solution (battu 15-3 au tableau de 16) et sort in-extremis d’un duel de feu avec Erwann Le Péchoux (15-14). Seule l’Italie placera plus de représentants dans le tableau de 16, avec 4 fleurettistes!

  • Un américain à Paris : la révélation de Nick Itkin

Auparavant, il a fallu commencer la journée avec une nouvelle décevante pour les enfants et les jeunes : évoquer, sur le trajet, l’élimination précoce et l’absence de notre compagnon d’armes, l’espagnol Carlos Llavador du tableau de 64. Auteur de 4 victoires et 2 défaites au tour de poules de qualification le vendredi, Carlos était exempté du tableau de 256; à la recherche de meilleures sensations, c’est finalement l’italien Damiano Rosatelli qui mettra fin de manière prématurée à son week-end parisien. Il reste tout de même quelques rendez vous importants pour le madrilène, qui espère encore voir la capitale nippone au mois d’août.

Le CEFC et ses jeunes membres ont tenu à lui faire un vibrant salut et se sont réunis autour de lui samedi pour un chaleureux moment, pour séance de signature improvisée.

Carlos Llavador (ESP) entouré des enfants et jeunes du CEFC

Sur la plus haute marche du podium du CIP, c’est un jeune homme impatient qui s’y est installé. Depuis plusieurs mois, le nord-américain Nick Itkin, tout juste âgé de 20.ans, gravit les marches quatre à quatre. Son rythme, tout en précision, pressing, tempo et accélérations, est celui d’un grand champion en devenir. Il est tout simplement l’un des 3 plus jeunes vainqueurs depuis 2000, depuis Brice Guyart 20 ans en 2002, Kleibrink pas encore 21 ans en 2006, victoires les plus précoce de ce 21ème siècle, et tous deux parés d’or olympique en 2004 et 2008. On ne serait pas étonné qu’il renverse très bientôt la table, y compris celle où sont régulièrement invités les “anciens”, ses coéquipiers de l’équipe USA, encore vainqueur du tournoi par équipe, et dont le membre plus âgé dépasse à peine les 30 ans. Inutile de dire que les étasuniens sont l’avenir de l’escrime : ils écrivent déjà avec leur pointe le présent de la discipline.

  • L’hommage au “petit homme” (Dimanche 12 janvier 2020)

Dimanche, les membres de l’équipe de France d’escrime ont rendu un chaleureux hommage au plus grand des petits escrimeurs français : le provençal Erwann Le Péchoux. Le “petit” (1m71 de rage de vaincre et de talent), a reçu une surprise vibrante d’émotion et de spontanéité de ses coéquipier.e.s, famille et ami.e.s, formant une belle haie d’honneur pour le futur “retraité”. Lorsqu’il a pris le micro pour annoncer au public qu’il participait à son dernier CIP, il s’est ensuite retrouvé à chercher ses mots, très touché par la sincérité de l’honneur reçu. Sa carrière se poursuivra, on l’espère, au moins jusqu’aux Jeux Olympiques de Tokyo, où il aura peut être l’occasion de décrocher un dernier grand podium international. Au total, il aura passé près de 20 ans en équipe de France d’Escrime, avec laquelle il a mené les troupes 4 fois vers l’or mondial par équipes (l’incroyable triplé 2005-2006-2007 et le superbe titre mondial de Kazan en 2014). Tout le monde se souviendra de ses incroyables derniers relais, même les perdants, dont cette cruelle défaite sicilienne de Catane en 2011, où menés 40-35 avant le dernier relais, verra les bleus, emmenés par un Le Péchoux des grands jours être toujours menés 44-40 pour finalement égaliser à 44 partout, et céder… à la mort subite, sur une attaque de Lei Sheng, champion olympique un an plus tard à Londres.

Le Péchoux aura tout connu à Paris, y compris un de ses plus beaux succès, en triomphant en cette même année 2011. Bagarreur et doté d’un gros moteur, il va laisser un grand vide après avoir si longtemps pris ses marques et ses aises. A la relève et aux plus jeunes de devoir désormais s’accrocher pour assurer une succession qu’on espère, aussi longue et réussie !

  • L’heure des comptes.

Et nos jeunes dans tout ça? Au moment de rapatrier la troupe CEFC dans le 20ème après la finale individuelle, nous nous remémorons les bons moments de l’épreuve : la fougue d’Enzo, une nouvelle fois sur le podium, la jeunesse et l’allant du vainqueur Itkin, et d’autres figures marquantes de cette édition, comme l’impressionnant égyptien Abouelkassem. La chasse aux autographes des vedettes est remportée par le jeune Octave (d’après enquête très sérieuse !) et ses 20 signatures. Sur les 8 heures passées au stade, au moins deux ont vu les jeunes s’initier au sabre lumineux issu d’un imaginaire galactique bien connu, d’il y a bien longtemps dans une lointaine, très lointaine galaxie

Les comptes des escrimeurs, eux se poursuivent avec les Coupe du Monde du week-end : podiums pour Charlotte Lembach au sabre et au fleuret pour Ysaora Thibus, et Marie Florence Candassamy à l’épée à la Havane. victoire du sabreur Boladé Apithy au Canada, 2ème place des épéistes à Heidenheim et qualifiés pour Tokyo. Brillants au mois de janvier, les bleus sauront-ils tenir le rythme d’une très longue saison? Jusqu’au 4 avril, clôture du classement FIE, vous pouvez suivre la course -très complexe- à la qualification sur le site dédié : https://tokyo2020.fie.org/qualification

Nous espérons revenir l’an prochain, et emmener nos licenciés sur un événement de ce type pour apprécier les grands escrimeurs. On finit sur une dernière interrogation, et un souhait de notre part, relayée par nos plus jeunes licenciées : à quand les escrimeuses à Paris?

Thomas Fioretti

Au pied de la montagne

with Pas de commentaire

C’est une équipe soudée, et chargée d’espoir qui a pris la route vers l’Auvergne, samedi 04 janvier 2020, pour aller disputer les qualifications du Circuit Elite du Stade Clermontois. Même après plusieurs années de pratique, il reste toujours aux cadet.te.s du CEFC quelques grands cols à franchir. L’étape centrale en comportait aux moins quelques uns, de première catégorie. Au train, à leur rythme, les franco-cubain retroussent leur manches lorsque la route devient plus raide pour se mettre en danseuse…

l’archerie, la “petite” salle de la grande Maison des Sports de Clermont

Le “tour de France des Cadets” deuxième étape du circuit national M17, après le départ parisien du mois d’octobre dernier, faisait escale en Auvergne, à Clermont-Ferrand. Un long parcours du combattant pour un.e jeune escrimeur.se, qui doit d’abord passer la journée des qualifications de samedi après un départ sous le ciel parisien encore noir et bruineux . Selon où l’on se place, on peut débarquer sur ces tournois tout en sérénité, comme en panique totale. Chacun.e n’a pas toujours le choix : les plus solides cherchent à ne pas y laisser trop de force, sinon la force d’une certaine habitude; les plus novices jouent leur “survie” sur chaque touche comme si c’était la dernière du week-end. Les 70 et les 128 résistant.e.s bissent dimanche, à l’heure où les flâneurs flânent, des aurores jusqu’à la grasse matinée des sportifs du dimanche, les escrimeur.se.s sont à l’échauffement pour disputer le “vrai” circuit : la crème de la crème nationale, l’élite des cadet.te.s du fleuret français, où se côtoient de jeunes escrimeur.ses gaillard.es et sous estimé.e.s, étoiles filantes et futur.e.s champion.ne.s. Ni grand.e.s ni petit.e.s, les 15-16 sont l’âge de tout les possibles, des brillants éclats aux plus amères déceptions, du départ vers d’autres chemins, au firmament international.

Ces abîmes de questions sont encore loin de tourmenter Aida, 13 ans, surclassée samedi, dans tous les sens du terme. Davantage préoccupée par ses états, d’âme et d’arme, que par ses adversaires, elle traverse le tournoi en coup de vent, sans jamais avoir eu l’occasion de réellement lutter contre un autre adversaire qu’elle même. Les mots négatifs se transforment en maux, et il ne suffit pas de répéter verbalement ses insuffisances (puis finalement s’en convaincre !), pour que celles ci disparaissent. Manière paradoxale de conjurer le sort et attendre de soi-même une réaction d’orgueil. La méthode Coué inversée n’est poutant d’aucun secours pour à mettre 5 touches contre de bons adversaires. Après 1 victoire sur toute l’après midi, Aida tentera sa chance contre une Marguerite, qui n’était pas là pour en cueillir. Fleur encore bourgeonnante, la petite Aida est pressée d’éclore. Le printemps et la catégorie M15 lui permettront de retrouver une pente à sa hauteur, à son rythme. Bien plus tard, Aida s’apercevra des bénéfices du petit jardin et de la pépinière du XXème arrondissement, et séchera bien vite les larmes versées dans l’archerie de la Maison des Sports, désertée par les escrimeur.se.s pressés de rentrer à l’hötel ou directement à la maison.

Des trois voyageur.se.s du week-end, c’est de loin Rayan qui avait la tache la plus délicate à accomplir : batailler avec 245 participant.e.s, et passer la volcanique poule du dimanche matin où la qualification se joue parfois à la touche près. Littéralement, puisque c’est pour 1 touche (+ 1 un réveil “double bagel”, deux défaites 5-0 d’emblée) que Rayan ne rentre pas dans le grand tableau de 128. On a souvent dit, ici même sur ce journal, peut être pour se rassurer, mais sans doute aussi par croyance plus profonde, que l’échec d’une entreprise ne se mesure pas toujours à son résultat brut final et chiffré. Qu’une tentative ratée, peut donner envie d’ en entreprendre d’autres qui, elles, vont aboutir. Le célèbre mot de Beckett “Essayer. Rater. Essayer encore. Rater encore” résonnerait-il alors avec l’Hasta La Victoria Siempre, entonné des M9 jusqu’aux grand.e.s licencié.e.s du XXème? Le temps long n’est pas le meilleur ami de celle ou celui qui cherche à toute hâte la victoire, et les imites que met en lumière la vérité de la compétition peut entraîner une forme découragement, ou à l’inverse une habitude à la défaite, une trop grande acceptation de l’échec. Le déclic arrive un jour où les astres sont alignés, où les jambes nous portent, et où la réussite qui nous fuyait alors transforme les semelles de plombs en plumes. Lors de son tableau d’élimination du samedi, il s’est produit un tel “miracle” : l’âne, mené 8-0, s’est soudain transformé en crack d’hippodrome: capable, après une immense réaction d’orgueil, de porter les fameuses 15 touches durant la suite du match (15-10 au final). Dimanche, c’est à nouveau lesté de son propre poids, de la pression et de ses adversaires, qu’il finira par caler et terminer sa course dans le gruppetto (110ème au final, un peu moins bien qu’à Paris).

Davantage encore que pour son camarade, les samedi nationaux sont désormais plus légers pour Cécile. Depuis Narbonne en mai dernier, c’est au sprint qu’elle passe l’obstacle : 6 victoires à Paris en octobre dernier, 5 victoires relativement tranquilles en poules dans la grande halle, ainsi qu’une une large victoire en tableau (15-1), elle gardait toutes ses forces pour le lendemain. Après une courte nuit, sa poule dominicale ressemblerait plutôt à une course de côte, où elle s’est parfois laissé surprendre par les changements de rythme de ses adversaires : larguée sur le plat, alors que terrain était le plus abordable; puis rattrapant son retard, sur des pentes à 15%… Manquant de kilomètres au compteur, son chemin s’arrêtera au tableau de 64, à l’issue d’un match au rythme trop linéaire, sans le grain de folie qui a parfois pimenté certaines de ses performances. Au milieu du milieu, Cécile termine 42ème, place honorable qui peut encore lui permettre d’accrocher le deuxième wagon, pour un ticket vers la première division.

***

Rayan Sadli, Thomas Fioretti, Aida Khellaf, Cécile François (06.01.2020)

Après l’élimination des jeunes, difficile pour l’entraîneur de trouver le mot juste pour formaliser l’instant, moi qui suis d’habitude peu avare en causeries et discours rassembleurs. J’en profite tout de même pour réunir les troupes et insiste pour garder un souvenir photographique, défaites et mines déconfites comprises. La route que choisit le CEFC est l’inverse d’une routine, c’est un chemin toujours un peu de travers, de digressions et de gamelles, parfois parsemée de petites victoires et de grandes joies. Au pied de la montagne,, rien ne presse pour aller jusqu’à visiter, un jour, une heure, les cimes. Ces témoignages seront remis en perspective quand viendront les beaux jours, mais aussi les plus sombres; la bonne humeur reprend le dessus au moment de reprendre la route, après la perte d’une bataille, un dimanche de janvier sur l’autoroute.

Thomas Fioretti

Résultats complets du CN U17 Clermont Ferrand : https://www.engarde-service.com/files/stadeclermontoisescrime/cnm172020/

les sourires des compétitrices et compétiteurs après les matches… de samedi.

Remerciements : Didier François pour avoir accompagné le groupe jusqu’en Auvergne et son accompagnement précieux des jeunes M17 du CEFC. Valence Chapellier ainsi que Cyril son papa, pour les moments de camaraderie “parisienne” sur les pistes de la maison des Sports.

1 2 3 4 19