Le grand bain & la douche froide

with Pas de commentaire

Une semaine après l’exceptionnelle participation du CEFC à la 16ème Coupe Mondiale de Cabriès (1er & 2 décembre 2018), il fallait retrouver le chemin habituel et plus ordinaire des salles parisiennes. Pour les voyageurs et les optimistes que nous sommes, celui ci ne doit jamais se transformer en routine.

Lorsque, sur les coups de 12h, samedi 1er décembre, la jeune Cécile François s’est branchée sur la piste n°9 installée dans le complexe sportif Raymond Martin de Cabriès pour disputer ses premiers assauts “mondialistes”, un sentiment de fierté et d’appréhension se dégageait de nos rangs. Faire partie des 65 meilleures françaises, dans une liste de sélectionnées, cela s’honore, et comme il faut ! Très concentrée, le verbe rare entre l’hôtel et le début de la poule, la ‘franco-cubaine’ démarre tambour battant. Son entrée dans la “cour des grandes” se solde par deux victoires rageuses, contre les franciliennes Costantini et Limer.  L’entrée en matière avec les régionales de l’étape, comme on dit sur le Tour de France, rend plus douce la transition avant d’affronter ce qui se fait de mieux sur la scène internationale chez les escrimeur.se.s cadet.te.s : le Japon, la Russie, les États-Unis, et, évidemment, l’Italie. Mais, pour Cécile,  les USA vont “Go home” rapidement, avec la malheureuse blessure de l’américaine Maia Mei Weintraub, tête de série numéro 2, dès son premier assaut ! L’expérience internationale est belle, mais demande un temps d’adaptation. Avec une maîtresse d’armes italienne et un fondateur cubain, Le CEFC est naturellement tourné vers le monde et vers l’escrime pratiquée hors des frontières. Quoiqu’on pense, cette richesse de culture se concrétise d’une manière ou d’une autre sur la piste. Les défaites suivantes, contre les trois étrangères, doivent autant à la grande qualité de l’escrime mondialisée et savamment travaillé par ces nations, qu’à la forme de respect et de sagesse, mêlée au le manque d’expérience de notre cadette à ce niveau.

Accompagnée par les amies parisiennes Valence (Duellistes) et Charlotte (Stade Français), je guide les filles à l’écart du bruit et de la fureur, dans une salle située un étage plus haut dans le complexe, à la chaleur accueillante et à l’ambiance mate : c’est un dojo, transformée en mini salle d’escrime, idéal pour trouver la sérénité à l’abri de l’agitation. Notre regard s’arrête sur l’écriteau qui trône au milieu du mur en large : “Respect, courage, don de soi, politesse, modestie”. Toutes les qualités dont il faut faire preuve pour remporter le 1er tour, bravement franchi (15 touches à 11 contre la jeune turque Cantenar), mais aussi pour reconnaître la large supériorité de la Russe Aleksandra Korablina (victorieuse 15 touches à 2, 10ème au final).

Pour connaître les résultats de Cécile et les résultats de la coupe Mondiale de Cabriès :
http://www.engarde-service.com/files/escrimeinfo/cabries2018/cab2018_fd/index.php?page=clasfinal.htm

***

Un mot sur nos vétérans, en piste au Circuit National au Mée sur Seine. Cette catégorie, résonnant toujours dans nos têtes comme les grands blessés de guerre, regroupe pourtant un beau gotha d’escrimeur.se.s français : des revanchard.e.s, des séniors aux grands résultats, ou simplement, des hommes et femmes bonifés sportivement et arrivés à maturité. Cherchant à l’amélioration sans oublier le plaisir, Matthieu Jolly & Thiébaud Liénart se sont lancés depuis plusieurs années dans ce circuit relevé. Toujours dans un très bon esprit, ils peuvent ferrailler avec ce qui fait de mieux en France et même en Europe dans cette catégorie : Cyril Lacroix et Lionel Cambon, champions d’Europe, Bertrand Beaurenault  et d’autres champions d’escrime. D’autres noms, connus du milieu, sont à redouter dans les tableaux. La 12ème place de Matthieu et la 18ème place de Thiébaud pourront provoquer une réaction anonyme de la part de nos suiveur.se.s. Nous en savons tous le prix et la volonté de nos meilleurs “jeunes vieux”, de chercher à améliorer ces résultats.

Matthieu Jolly : 3V 2D en poules. Vainqueur de Bruno Demontrond (Vincennes) 10 touches à 2 au t.32. Battu au t.16 par Cyril Lacroix (BLR 92) 10 touches à 2.
Thiébaud Liénart : 2V 3D en poules. Battu au t.32 par Arnaud Charles (Chatillon) 10 touches à 5

***

Dimanche 09 décembre : après le super, roulez à l’ordinaire ! Au lendemain d’une journée particulièrement tendue sur la capitale, nos M17 présents avaient pointé leur présence dès 8h30, au relevé championnat d’Ile de France. Une habitude que certains ont déjà transformé en force, en routine pour les plus blasés. Gagner dans le sport, même si on s’appelle Federer ou Nadal, reste un acte d’un sens exceptionnel; perdre, à l’inverse, c’est s’accepter dans le meilleur comme dans le pire, d’une courte tête ou en dérive la plus totale. Courageux et intelligent, Sean Finn a retrouvé le sens du combat avec la pratique de la boxe, l’art de la distance, de l’étude de la garde de l’adversaire et son esquive, de l’attaque décisive. Offensif, il démarre la journée avec deux victoires dans le sac, avant de s’incliner contre un bon copain de la Tour d’Auvergne. Lui comme Rayan ont montré de la jugeote et de l’écoute, en gardant dans un coin de la tête les conseils du jour pour un autre rendez-vous. Souvent auteur de faux départs, Rayan avait choisit son mode habituel : le rythme diesel. Ayant oublié sa cuirasse électrique, il bénéficie d’un assistant et d’une bonne fortune : j’ai dans le sac d’escrime de quoi dépanner, sans pourtant croire qu’il fera office de porte bonheur. Victorieux de deux matches longs, au tableau de 128 et de 64, il s’inclinera avec les honneurs contre le numéro 3 du classement intermédiaire après une belle bagarre.

Au fond du couloir, dans l’enceinte rénovée du gymnase Élisabeth, se trouve une petit salle de gymnastique, où trois pistes d’escrime sont installées en cas d’affluence. Glaciale, c’est l’exact envers de la rondeur et de la volupté entrevue dans le “grand monde” du circuit européen des escrimeur.se.s la semaine auparavant. Parfaitement raccord avec cette ambiance polaire, Cécile ne capitalise pas pour son retour en capitale, et signe une poule sans relief  : 2 victoires et 3 défaites. Le match de tableau l’opposant à la très accrocheuse Joséphine Ediri n’ira pas au terme des 15 touches, comme un symbole d’une journée inaboutie : 11 touches à 5. Ce n’est pas une leçon, ce n’est pas un échec. C’est un simple rappel : avant de s’habituer à nager dans le grand bassin, mieux vaut être toujours prêt.e pour une petite douche froide.

Thomas Fioretti

Résultats M17 IDF (Gymnase Elisabeth, 09.12.18)
M17 Hommes (96 classés) : 
Sean Finn Beulz : 2 Victoires et 4 défaites en poules; défaite au t.128 contre Octave Hay 15 touches à 5. 73ème de la compétition
Rayan Sadli : 4 Victoires et 2 défaites en poules; victoire au t.128 contre Baptiste Cynamon (Le Perreux) 15-10; victoire au t.64 contre Thibaut Delaune (BLR 92) 15-11; défaite au t.32 contre Maxence Leschiera (BLR 92) 15-7. 30ème de la compétition

M17 Dames (36 classées) :
Cécile François : 2 Victoires et 3 défaites en poules; défaite au t.32 contre Joséphine Ediri 11 touches à 6. 23ème de la compétition.


WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com